Il falsifie sa plaque d’immatriculation, et se fait virer dans la foulée !

Chine : Il se fait prendre à falsifier sa plaque d’immatriculation en pleine rue, la police l’arrête et son entreprise le vire ! Certains faits divers prêtent plus à sourire que d’autres ! Et celui de Yu Hanchao est quand même cocasse : être licencié pour falsification de plaque d’immatriculation ! Yu Hanchao est footballeur […]

Chine : un joueur viré pour flasification de plaque d'immatriculation

Chine : Il se fait prendre à falsifier sa plaque d’immatriculation en pleine rue, la police l’arrête et son entreprise le vire !

Certains faits divers prêtent plus à sourire que d’autres ! Et celui de Yu Hanchao est quand même cocasse : être licencié pour falsification de plaque d’immatriculation ! Yu Hanchao est footballeur professionnel âgé de 33 ans dans le club chinois de Guangzhou Evergrande. Un club prestigieux, dans un championnat qui investit énormément pour son développement. Guangzhou était même leader du championnat avant son arrêt pour les raisons que l’on connaît. 

Dans ce contexte de Covid-19, les restrictions de circulation sont encore très présentes dans les provinces chinoises. Alors pour passer entre les mailles du filet, Yu a décidé de falsifier sa plaque à l’aide de ruban adhésif. Il a donc transformé un caractère pour rentrer dans les critères et pouvoir prendre la route. Mauvaise idée. Reconnu par les passants, ceux-ci l’ont filmé pendant toute sa session de bricolage de plaque d’immatriculation. La scène est même partagée sur les réseaux sociaux. Elle devient très rapidement ultra virale à l’intérieur des frontières chinoises. La police locale a donc été mise au parfum de cette vidéo, prouvant le flagrant délit de falsification de plaques minéralogiques. Ce qui, comme partout, constitue une infraction. La police a ensuite été cueillir notre joueur professionnel pour l’interpeller et lui demander des explications.

Plaque d’immatriculation et confinement, un sujet sensible en Chine

La Chine pâtit déjà des affres du Covid-19 sans avoir à en rajouter. Le gouvernement avait donc resserré la vis. Cette manipulation de plaque, pour esquiver le confinement, a donc été prise très au sérieux par les autorités. Mais en plus, Yu Hanchao a dû assumer ses actes face à son employeur. Les nouvelles se répandent rapidement dans la presse locale, jusqu’à arriver aux oreilles du board du club chinois. Et le club de Guangzhou Evergrande n’a pas tardé à réagir. Comme indiqué dans son règlement intérieur, tout personnel de l’entreprise qui commettrait un crime ou tout acte illégal serait renvoyé (article 39.9 du règlement intérieur du club). En Chine, de nombreuses entreprises intègrent ces clauses dans leurs règlements et leurs contrats. Chose promise, chose dûe si l’on peut dire. Yu a été notifié de son licenciement avant même que son interrogatoire au commissariat ne soit terminé. 

Motif d’espoir, une ancienne gloire de la sélection chinoise, Hao Haidong, est montée au créneau. Mais pour les médias, tolérance zéro pour un personnage public qui donne un mauvais exemple à la jeunesse. 

En France, que penserait-on d’un licenciement pour un question de plaque d’immatriculation ?

2 réflexions sur « Il falsifie sa plaque d’immatriculation, et se fait virer dans la foulée ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *