Pourquoi les USA veulent Ă©quiper les drones de plaques d’immatriculation ? 🚁đŸ‡ș🇾

Équiper les drones de plaques d’immatriculation, c’est la nouvelle lubie du gouvernement amĂ©ricain. Toutefois, pas tous les drones. Uniquement les drones domestiques, qui pullulent dans le ciel de la banniĂšre Ă©toilĂ©e. L’équipement et l’immatriculation des drones lĂ©gers n’est pas un projet spĂ©cifique Ă  2021, ni un projet mondial. Il est mĂ»ri depuis quelques mois dĂ©jĂ  […]

Ă©quiper les drones de plaques d'immatriculation

Équiper les drones de plaques d’immatriculation, c’est la nouvelle lubie du gouvernement amĂ©ricain. Toutefois, pas tous les drones. Uniquement les drones domestiques, qui pullulent dans le ciel de la banniĂšre Ă©toilĂ©e.

L’équipement et l’immatriculation des drones lĂ©gers n’est pas un projet spĂ©cifique Ă  2021, ni un projet mondial. Il est mĂ»ri depuis quelques mois dĂ©jĂ  par la FAA. L’Administration FĂ©dĂ©rale de l’Aviation veut faciliter le distingo entre les diffĂ©rents types de vols. Car si l’aviation civile augmente avec l’apparition des drones, cela perturbe le trafic.

Les vols militaires sont relativement nombreux aux Etats-Unis, mais les suspicions d’espionnage le sont encore davantage. Quant aux vols commerciaux domestiques, la FAA souhaite aussi garantir une meilleure sĂ©curitĂ© aux vols. Une façon de redorer l’image et de relancer l’activitĂ© d’une industrie fortement marquĂ©e par une annĂ©e 2020 compliquĂ©e.

Pour rappel, les USA dĂ©nombrent aujourd’hui 160 000 pilotes de drones. Pilotes de drones enregistrĂ©s ! Pour 1,5 Millions de drones de tous types. Il y a donc un gros delta entre les Ă©lĂ©ments enregistrĂ©s et la rĂ©alitĂ© commerciale des ventes de drones. 

Toutefois, tous les drones ne sont pas concernĂ©s par cette immatriculation. Seuls ceux de plus de 250 grammes devraient ĂȘtre concernĂ©s.

Comment l’affaire Dji risque d’avancer la date d’immatriculation des drones ?

🇹🇳 Dji, c’est la marque chinoise qui commercialise le Phantom et le Mavic. Avec ces deux modĂšles, Dji domine les marchĂ©s du drones. Les marchĂ©s professionnels BtoB pour Ă©quiper les entreprises, mais aussi les marchĂ©s amateurs BtoC, pour Ă©quiper les particuliers. Le second acteur de ce marchĂ© Ă©tant, au passage, le français Parrot. 

A l’annonce de la FAA, Dji avait saluĂ© l’initiative du gouvernement amĂ©ricain. Indiquant Ă©galement quelques prĂ©rogatives concernant cette phase d’immatriculation, et le coĂ»t de l’opĂ©ration. La FAA tablerait en effet sur 584 Millions, sur 10 ans pour Ă©quiper les drones de plaques d’immatriculation. 

Dji annonçait aussi que tous ses drones Ă©taient dĂ©jĂ  munis d’un systĂšme d’identification. Une plaque d’immatriculation Ă©lectronique, pour plus de lĂ©gĂšretĂ© du matĂ©riel. Mais puisqu’elle est Ă©lectronique, il faut l’intĂ©grer Ă  un systĂšme d’information pour en tirer bĂ©nĂ©fice.

Ce que l’administration US n’est pas prĂȘte Ă  donner. En effet, Dji est en passe de rejoindre Huawei sur la liste noire des entreprises chinoises dont les Etats-Unis souhaitent freiner les ventes sur leur territoire. Question de cybersĂ©curitĂ©, sur fond de souverainetĂ© technologique.

La situation actuelle risque de faire Ă©tat de jurisprudence. Et constitue un nouvel argument pour ne pas privatiser l’immatriculation des drones Ă  un acteur privĂ©. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *