Quand une voiture devient-elle un véhicule de collection ?

Ne sont-elles pas magiques, ces voitures d’antan ? Lustrées avec amour, conduites avec des gants de cuir ? Arborant fièrement leurs plaques d’immatriculation noires, spécifique à tout véhicule de collection ? Elles ont bien un côté mythique, qui sort du lot. Elles nous racontent les histoires d’un autre temps, mais pas forcément si éloigné de […]

Véhicule de collection

Ne sont-elles pas magiques, ces voitures d’antan ? Lustrées avec amour, conduites avec des gants de cuir ? Arborant fièrement leurs plaques d’immatriculation noires, spécifique à tout véhicule de collection ?

Elles ont bien un côté mythique, qui sort du lot. Elles nous racontent les histoires d’un autre temps, mais pas forcément si éloigné de nos jours. Pour autant, un temps où l’électronique était rudimentaire et minimaliste, pas omniprésent ni essentiel. 

C’est d’ailleurs expliqué dans le texte du code de la route, Article 311-1, catégorie 6.3. Ce texte dit que le “véhicule de collection ne peut satisfaire aux prescriptions techniques imposées aux véhicules modernes”. Voilà qui en dit long. 

Voiture de collection, 4 facteurs clés

Au delà de la poésie, les véhicules de collection sont spécifiques. L’administration l’encadre par des normes techniques et des considérations concrètes. 

Le véhicule doit être âgé d’au moins 30 ans

Sans quoi, il serait trop aisément trouvable sur le marché, et pas assez rare pour mériter l’appellation de collection. 

La production de la voiture de collection doit avoir stoppé

Si la production est toujours d’actualité, cela ne peut logiquement pas être un modèle de collection qui garde une dimension historique.

L’état général du véhicule doit avoir conservé ses caractéristiques techniques majeures d’origine

Toute modification important des pièces majeures (carrosserie comme mécanique), entraînerait un décalage trop fort avec le modèle initial, et donc empêcherait l’attribution de la dénomination.

Le véhicule doit avoir une dimension historique notable, ou une spécificité technique digne d’intérêt pour devenir un modèle de collection

Qu’elle soit de l’ordre de la culture commune, ou de celle des experts, marquer son époque est une nécessité pour obtenir le titre de véhicule de collection. Ce qui sera donc impossible aux véhicules trop communs.

Le prestige de ce titre restant fort, il n’a pas vocation à être galvaudé en tolérant de nombreuses entrées. L’administration ne l’accorde pas facilement. Mais si les conditions sont remplies, il peut permettre quelques avantages non négligeables pour le propriétaire. 

Ce qui change pour le propriétaire d’une voiture de collection

Pour acquérir le statut de véhicule de collection, il faut en faire la demande auprès de l’administration française. Précisément, aux services des cartes grises. C’est en effet ce service qui autorise ou non la production de la carte grise de collection, reconnaissable à la mention “Véhicule de collection” en Z.1. Une fois reçue, vous pouvez passer commandes de plaques d’immatriculation noires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *