Ne pas être ébloui au volant : Nos 5 astuces super simples pour rouler en toute sérénité 🕶

Être ébloui au volant, c’est tellement courant que l’on n’y fait plus attention. Pour autant, vous en conviendrez, cela peut être assez risqué. Une seconde de gêne, un manque d’information, une mauvaise décision. Autant ne pas courir le risque d’une collision, aussi minime soit-elle. D’autant que l’on court plusieurs risques d’éblouissements. Les éblouissements directs et […]

être ébloui au volant 5 astuces

Être ébloui au volant, c’est tellement courant que l’on n’y fait plus attention. Pour autant, vous en conviendrez, cela peut être assez risqué. Une seconde de gêne, un manque d’information, une mauvaise décision. Autant ne pas courir le risque d’une collision, aussi minime soit-elle.

D’autant que l’on court plusieurs risques d’éblouissements. Les éblouissements directs et indirects. 

Une sortie de tunnel, un coucher de soleil ou un réverbère, si la source de lumière nous éclaire sont des éblouissements directs. Ce sont des éclairages longs, qui demandent à notre rétine de s’adapter.

Alors que les reflets du soleil sur un lac, les feux du véhicule de derrière qui réfléchissent dans le rétro, ou les reflets de nos propres feux sur un panneau de signalisation. Tous sont des éblouissements indirects. Beaucoup plus vifs, ils détournent notre attention. Tout comme ils gênent notre vision, mais bien moins longtemps.

D’ailleurs, ces éblouissements indirects ont même poussé l’Ontario à changer toutes les plaques d’immatriculation de ses ressortissants.

Être ébloui au volant par le soleil, pas la même affaire que la nuit ! 🌞 🌝

De la même manière, on n’est pas ébloui au volant de la même manière selon l’heure de la journée. Au-delà du niveau de luminosité, c’est aussi notre vision qui change entre le jour et la nuit. 

De jour, nous saisissons les contrastes et les couleurs plus facilement. Et nous les discernons malgré des vitesses élevées. Aussi, parce que notre capacité visuelle est à son maximum, notre coordination est bien meilleure. En effet, le lien entre information, réflexion et action est plus fluide.

La nuit, notre acuité visuelle baisse. La faible luminosité demande un effort à nos yeux, pour saisir les formes et les mouvements. Ne parlons même pas des couleurs. Notre vision dite “crépusculaire” fait de son mieux pour saisir les trajectoires, mais elle est loin de la vision diurne.

Nos 5 astuces à la portée de tous !

  1. Porter des lunettes de soleil. Des vraies, avec des vrais verres qui atténuent la luminosité du soleil. Pas de lunettes Wish, on ne nous la fait pas !
  2. Sur vos verres correcteurs ou de soleil, préférez des verres bien polarisés.
  3. Ayez un pare-brise impeccable, à l’intérieur & à l’extérieur. Pour le coup, en 10 minutes avant le départ c’est réglé.
  4. Prenez des pauses régulières, principalement la nuit pour soulager les yeux et les reposer.
  5. Ranger le tableau de bord, pour éviter tout éblouissement indirect lié aux reflets.

& si malgré tout, on est quand même ébloui au volant, 2 dernières astuces de bon sens.

La nuit, conduisez en visant le bord droit de la chaussée pour limiter les effets de l’éblouissement.

Enfin, adaptez votre vitesse et utilisez le pare soleil, évidemment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *