Transport en Europe : Tout savoir sur les plaques d’immatriculations nĂ©cessaires aux vĂ©hicules professionnels đŸ‡ȘđŸ‡ș

L’ouverture des marchĂ©s et l’explosion de la demande de consommation a permis le dĂ©veloppement de sociĂ©tĂ©s de transport en Europe. Acheminer d’Est en Ouest des matiĂšres premiĂšres telles que les cĂ©rĂ©ales, le bĂ©tail ou encore des lĂ©gumes devient rapidement nĂ©cessaire au dĂ©veloppement de l’Europe. Ce qui a obligĂ© aussi les entreprises de transports Ă  repenser […]

transport en Europe réglementation

L’ouverture des marchĂ©s et l’explosion de la demande de consommation a permis le dĂ©veloppement de sociĂ©tĂ©s de transport en Europe. Acheminer d’Est en Ouest des matiĂšres premiĂšres telles que les cĂ©rĂ©ales, le bĂ©tail ou encore des lĂ©gumes devient rapidement nĂ©cessaire au dĂ©veloppement de l’Europe.

Ce qui a obligĂ© aussi les entreprises de transports Ă  repenser leur offre. Et donc Ă  proposer des trajets sur plusieurs milliers de kilomĂštres, traversant ainsi plusieurs pays. Ainsi, les entreprises doivent donc se conformer aux diffĂ©rents pays qu’elles par lesquelles elles font transiter leurs camions.

D’abord, il est nĂ©cessaire que l’entreprise respecte les documents d’immatriculation de son pays d’origine. 

  • Que tous ses chauffeurs soient titulaires du permis de conduire national valide.
  • Ces permis aient un Ă©quivalent ou une conversion en permis europĂ©en.
  • Que tous les vĂ©hicules aient une immatriculation provenant du le pays de l’entreprise ou de sa firme.
  • La carte grise des vĂ©hicules en question doit se faire au nom de l’entreprise, de la personne morale. Ni au nom du chef d’entreprise, ni au nom du chauffeur.
  • Que tous les vĂ©hicules dĂ©tiennent un certificat d’assurance du le pays d’origine, avec une couverture Ă©largie Ă  la circulation dans d’autres pays. Ce qui implique souvent une assurance spĂ©cialisĂ©e.

Ce sont ici les prĂ©requis pour pouvoir circuler Ă  travers l’Europe et l’Union EuropĂ©enne. Mais cela ne s’arrĂȘte pas lĂ .

Des lĂ©gislations diffĂ©rentes selon les pays, mais qui s’entendent pour les entreprises de transport en Europe !

Évidemment, tous ces documents sont nĂ©cessaires avant mĂȘme de mettre le contact. Mais ce n’est pas tout.

En effet, une fois sur la voie publique, l’ordre fonctionnel est le rĂšglement de la Commission EuropĂ©enne. Chaque rĂšglement national s’efface devant celui de la commission pour toutes les sociĂ©tĂ©s de transport en Europe. 

Ce rĂšglement stipule notamment :

  • Chaque chauffeur doit ĂȘtre capable de prĂ©senter tous les documents vus plus haut.
  • Il doit Ă©galement pouvoir prĂ©senter un ordre de mission et un certificat de travail justifiant son dĂ©placement avec celui du vĂ©hicule. 
  • Aussi, chaque conducteur doit pouvoir prĂ©senter un certificat de responsabilitĂ© civile, ainsi qu’une attestation d’assurance spĂ©cialisĂ©e pour couvrir d’éventuelles rĂ©parations pour dommages matĂ©riels.

Dans ce cadre, la Commission EuropĂ©enne a jouĂ© un rĂŽle dĂ©terminant pour Ă©viter tout souci. Elle propose un rĂ©fĂ©rentiel commun entre les forces de l’ordre et les vĂ©hicules des entreprises de transport en Europe. Le fret routier europĂ©en est aujourd’hui bien huilĂ©, mais continuera d’évoluer avec l’arrivĂ©e de nouvelles rĂ©glementations europĂ©ennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *