Usurpation de numéros d’immatriculation : Qu’est ce que la doublette ?

Usurpation de plaques et numéros d’immatriculation  : Qu’est ce que la doublette ? Une affaire juridique assez ahurissante a été révélée la semaine dernière. Celle d’un agriculteur d’Île et Vilaine, dont le tracteur aurait été flashé à plus de 140 km/h sur une autoroute espagnole. Alors, nous avons tous du mal à imaginer un engin […]

doublette usurpation plaque immatriculation

Usurpation de plaques et numéros d’immatriculation  : Qu’est ce que la doublette ?

Une affaire juridique assez ahurissante a été révélée la semaine dernière. Celle d’un agriculteur d’Île et Vilaine, dont le tracteur aurait été flashé à plus de 140 km/h sur une autoroute espagnole. Alors, nous avons tous du mal à imaginer un engin agricole dépasser à cette allure folle, avec quelle préparation que ce soit. Mais c’est d’autant plus intriguant lorsque l’on voit la distance entre la résidence et le lieu de l’infraction, et que l’on imagine le tracteur faire le trajet de la Bretagne à l’Espagne. 

Usurpation de plaques, comment c’est possible ? 

Pour se permettre des vitesses folles tout en évitant de se faire flasher, certains n’hésitent pas à usurper des numéros de plaques d’immatriculation. C’est ce que l’on appelle une doublette. Des numéros qui ne sont pas reliés à ces conducteurs mal intentionnés, mais à d’autres conducteurs qui n’ont rien demandé, mais qui sont titulaires de la vraie plaque. 

Dans la plupart des cas, les tricheurs trouvent un véhicule qui ressemble au leur, génèrent une carte grise falsifiée qu’ils présentent pour générer les fameuses plaques d’immatriculation doublettes.

Une fois posée, les malfaiteurs peuvent rouler en toute impunité face aux radars automatiques, et causer tort aux vrais propriétaires.

En cas de contrôle de police, leurs chances s’amoindrissent puisque les forces de l’ordre pourront détecter la fausse carte grise. Les sanctions encourues peuvent aller jusqu’à 30 000 euros d’amende, la confiscation du véhicule, l’annulation du permis et l’interdiction de le repasser pendant 3 ans. 

Quels risques, et comment s’en protéger de l’usurpation d’immatriculation ? 

Le risque pour le vrai propriétaire de la carte grise, et donc du bon numéro d’immatriculation, est important, forcément. Les points peuvent partir très vite, et les amendes devenir compliquées à assumer. Sans parler des tracasseries administratives et morales.

Pour notre agriculteur, la fraude sera facile à prouver par la vitesse retenue et la photo du radar automatique. Il lui suffira de contester et de demander le cliché du radar. Mais c’est loin d’être toujours le cas. 

Lorsque les véhicules sont du même modèle, comment peut-on faire la différence ? On peut grâce à d’autres éléments prouvant que l’on ne pouvait pas être dans le véhicule à l’instant du flash. Aussi, il faut porter plainte pour usurpation d’immatriculation et joindre les documents. Envoyer la copie de la plainte avec la contestation pour prouver sa bonne foi, et joindre la contravention à la plainte comme preuve.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *