L’autopilot Tesla rend-t-il ses conducteurs plus nĂ©gligents ? đŸ„±

C’est en tout cas ce qu’essaie de dĂ©montrer une Ă©tude trĂšs sĂ©rieuse du MIT. L’autopilot Tesla nuirait Ă  l’attention et aux bons rĂ©flexes des conducteurs. En effet, les conducteurs se distrairaient plus facilement puisque la conduite, puisque cela ne leur demanderait plus la majeure partie de leur attention. On avait dĂ©jĂ  vu l’autopilote crĂ©er des […]

Autopilot Tesla

C’est en tout cas ce qu’essaie de dĂ©montrer une Ă©tude trĂšs sĂ©rieuse du MIT. L’autopilot Tesla nuirait Ă  l’attention et aux bons rĂ©flexes des conducteurs. En effet, les conducteurs se distrairaient plus facilement puisque la conduite, puisque cela ne leur demanderait plus la majeure partie de leur attention.

On avait dĂ©jĂ  vu l’autopilote crĂ©er des interfĂ©rences entre vĂ©hicule autonome et les services de secours. Des accidents qui avaient poussĂ© la sĂ©curitĂ© routiĂšre amĂ©ricaine Ă  se saisir du sujet. Ainsi, c’est aujourd’hui au tour du MIT de se pencher sur la question des effets de l’autopilot Tesla. Les effets, non pas directement par rapport aux autres vĂ©hicules, mais plutĂŽt sur ses effets sur les conducteurs.

En effet, il semblerait notamment que l’écran de la console centrale attire beaucoup trop l’attention. La dĂ©tournant ainsi de la chaussĂ©e. C’est le rĂ©sultat principal, obtenue avec l’étude de 800 000 kilomĂštres de route en modĂšle X et S.

Les rĂ©sultats nous laissent pensif. ComparĂ© Ă  l’autopilot dĂ©sactivĂ©, l’autopilot fonctionnel c’est :

  • Moins de regards hors route (angle mort, rĂ©troviseurs, etc … )
  • Augmentation des regards hors conduite (regards vers le bas, vers la console centrale, etc 
)
  • Des regards hors conduite qui durent plus longtemps, 22% de ces regards jetĂ©s dureraient plus de 2 secondes, un temps trop long quand il s’agit de quitter la route des yeux.

Une volontĂ© forte de rendre l’autopilot Tesla accessible au plus grand nombre

Tesla et son PDG Elon Musk souhaiteraient dĂ©jĂ  diffuser le vĂ©hicule autonome au plus grand nombre. Qu’un public le plus large possible puisse utiliser cette nouvelle technologie.

La premiĂšre volontĂ© affichĂ©e par la firme est le progrĂšs technologique, pour proposer un confort maximal au conducteur. On peut d’ailleurs associer cette volontĂ© au projet de voiture Tesla sans volant ni pĂ©dale qui devrait bientĂŽt voir le jour.. 

La seconde semble ĂȘtre l’argument Ă©cologique, avec un passage de masse Ă  l’électrique. 

Enfin, la troisiĂšme volontĂ© serait, comme pour beaucoup d’innovations d’accessibilitĂ©, la rĂ©duction de l’impact du facteur risque.

Or, on sait que dans de nombreux accidents, le facteur risque est davantage humain que technique. Et c’est sĂ»rement le paradoxe qu’essaie de pointer le MIT dans cette Ă©tude. Qu’avec de nouveaux outils pour rĂ©duire une bonne partie des risques d’accident, le risque ne sera pas supprimĂ© pour autant. 

Puisque, lĂ  oĂč la rĂ©action humaine sera nĂ©cessaire, le conducteur du vĂ©hicule, avec l’autopilot Tesla activĂ©, ne sera peut ĂȘtre pas assez attentif. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *