Voiture électrique : où en est le marché automobile français ?

Voiture électrique : où en est le marché automobile français en 2020 ? Cela fait maintenant des années que nous entendons parler de la voiture électrique. Plus d’une dizaine d’années que ce marché encore considéré comme alternatif se développe. Malgré l’aide des pouvoirs publics, la crise environnementale qui pousse, le prix des carburants fossiles qui […]

voiture électrique

Voiture électrique : où en est le marché automobile français en 2020 ?

Cela fait maintenant des années que nous entendons parler de la voiture électrique. Plus d’une dizaine d’années que ce marché encore considéré comme alternatif se développe. Malgré l’aide des pouvoirs publics, la crise environnementale qui pousse, le prix des carburants fossiles qui gonfle, à peine contenue par le gouvernement face à la grogne des gilets jaunes. Malgré tout cela, les véhicules électriques semblent peiner à séduire. Pour des questions techniques, notamment la question de l’autonomie. Mais aussi pour des problèmes d’usages sûrement. Le véhicule électrique se heurte encore à des moeurs bien ancrées.

L’électrique, un modèle énergétique qui peine à trouver sa voie sur le marché Français

Si l’année 2019 marque une nette accélération, la marche forcée de l’électrique ne convainc pas encore. Sur le marché des nouvelles demandes d’immatriculations, les voitures électriques n’atteignent pas encore les 2% de véhicules représentés. 1,9 % en 2019, contre 1,5 en 2018. Une belle accélération oui, mais un volume encore très faible. Un peu plus de 40 000 nouvelles immatriculations concernent des véhicules électriques. 

Si les primes à la casse, l’augmentation des bornes gratuites ou les bonus écologiques n’arrivent pas encore à peser dans la balance, peut être le problème vient-il des mentalités ? 

Sans aller dans la sociologie, l’achat d’un véhicule est souvent généré par l’homme du foyer. Et cet achat compte également dans l’estime de soi du conducteur. Le bruit du véhicule électrique n’étant pas du tout le même que les moteurs à explosion, certains conducteurs se sentent perdre en virilité. 

Un constat, lié à une étude menée par la firme BMW, qui pousse le constructeur allemand à adapter ses plans. En effet, pour ses futurs modèles électriques, BMW a confié le design sonore des bruits d’échappement à Hans Zimmer. Le compositeur allemand aura donc la lourde tâche de rendre le bruit de l’Ix3 ou de la Mini Cooper SE aussi charismatique de Maximus dans Gladiator. 

Un marché français de la voiture électrique trusté par la Zoé de Renault

Une façon pour BMW d’accélérer la transition énergétique de l’automobile, mais également de doper les ventes de ses nouveaux modèles. Car elles sont en bernes sur ce marché en France. Un marché électrique que Zoé de Renault pilote d’une main de maître, avec plus de 45% des ventes annuelles depuis la sortie du modèle. Elle a même atteint un pic de 61% en 2017. Suivi de loin par la Leaf de Nissan, elle même doublée par l’entrée fracassante de Tesla et ses 15% de parts de marché en 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *