Plaque personnalisĂ©e et LAPI : le calvaire de ce Texan đŸ‡ș🇾

Il s’appelle Stephen Heyman, il est texan, et sa vie est une vraie galĂšre depuis quelques mois. La raison, les incohĂ©rences entre plaque personnalisĂ©e et LAPI. La LAPI, pour rappel, c’est la Lecture AutomatisĂ©e des Plaques d’Immatriculation. Et malgrĂ© le contrĂŽle Ă  la sortie, des contraventions et autres amendes envoyĂ©es, les erreurs s’accumulent et l’automatisation […]

plaque personnalisée et LAPI Texas

Il s’appelle Stephen Heyman, il est texan, et sa vie est une vraie galĂšre depuis quelques mois. La raison, les incohĂ©rences entre plaque personnalisĂ©e et LAPI. La LAPI, pour rappel, c’est la Lecture AutomatisĂ©e des Plaques d’Immatriculation. Et malgrĂ© le contrĂŽle Ă  la sortie, des contraventions et autres amendes envoyĂ©es, les erreurs s’accumulent et l’automatisation ne roule pas comme sur des roulettes. 

Les soucis de notre ami texan ont commencĂ© lorsque cet État du sud des USA a autorisĂ© ses concitoyens Ă  personnaliser leurs plaques d’immatriculation. Au-delĂ  du design, les numĂ©ros d’identification de la plaque d’immatriculation Texas se sont aussi ouverts aux envies de propriĂ©taires.

Pensant bien faire, Stephen offre Ă  sa femme une plaque “QIDOC”. Sa femme, acuponctrice, reçoit donc une plaque signifiant qu’elle est docteur (DOC) en acupuncture (QI, est le Chi, composante principale des mĂ©decines Ă©nergĂ©tiques). Pas mauvais le Stephen ! 

Mais les ennuis commencent puisque les diffĂ©rents capteurs des forces de l’ordre ne lisent pas bien cette plaque. Les O et les 0 se confondent, tout comme les 1, les I majuscules et les L minuscules. Alors que tout se passe relativement bien en rĂšgle gĂ©nĂ©rale, son cas dĂ©rape dans les grandes largeurs. 

Plaque personnalisĂ©e et LAPI, les radars et les pĂ©ages s’y mettent !

On connaĂźt dĂ©jĂ  plutĂŽt bien les latences liĂ©es Ă  la verbalisation par LAPI. Nous avions d’ailleurs dĂ©jĂ  parlĂ© de la problĂ©matique du scooter LAPI qui officie avec une performance toute relative.

Pour les pĂ©ages et les radars, notre texan rencontre des difficultĂ©s similaires. Les pĂ©ages enregistrent bien ses passages, mais ne facturent pas son transpondeur en temps et en heure. Le rĂšglement passe donc en forfait majorĂ©, avec des pĂ©nalitĂ©s de retard. Ce qui pose problĂšme, car Stephen paye dĂ©jĂ  son automate de pĂ©ages, avant de reçevoir une note de 80 dollars, au lieu d’ 1,88. Des erreurs qui, Ă©videmment, le font enrager. 

Ensuite, notre protagoniste s’est tournĂ© vers la CTRMA. La Central Texas Regional Mobility Autority. Un peu comme un mĂ©lange entre notre ANTS et notre trĂ©sor public. Une autoritĂ© qui a Ă©changĂ© plus de 4h par mois pendant 7 mois avec Stephen, pour ne rĂ©gler que des amendes de 5 Ă  10 dollars. Pendant que d’autres affluaient.

Un ciel bien sombre qui ne se serait pas Ă©clairci sans l’intervention des mĂ©dias. ContactĂ©e par Stephen, la chaĂźne Kxan a rĂ©cemment permis que la CTRMA efface toutes ses dettes. La fin du cauchemar entre plaque personnalisĂ©e et LAPI.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *